2019 - Numéro 008, Volume 1

VARIABILITE HYDRO-CLIMATIQUE ET RISQUES D’INONDATION DANS LE BASSIN VERSANT DE L’OTI AU TOGO

KOUNGBANANE Dambré (1, 4 & 5), TOTIN VODOUNON Sourou Henri (2 & 3), AMOUSSOU Ernest (2 & 3), ZAHIRI Pascal Eric (4), LARE Lalle Yendoukoa (5)

  1. Centre d’Excellence Africain sur les Changements Climatiques, la Biodiversité et Agriculture Durable (CEA-CCBAD), Université Félix Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire ; dambrekoungbanane@gmail.com
  2. Laboratoire de Climatologie & Ethnoclimatologie Tropicales, Département de Géographie et Aménagement du Territoire, Université de Parakou, Bénin ; sourouhenri@yahoo.fr; ajernest@yahoo.fr
  3. Laboratoire Pierre PAGNEY, Climat, Eau, Ecosystèmes et Développement (LACEEDE), Université d’Abomey-Calavi, Bénin ; ernestamoussou@gmail.com
  4. Laboratoire de Physique de l’Atmosphère et Mécanisme des Fluides (LAPA-MF) de l’UFR des Sciences de la Structure, de la Matière et de la Technologie (SSMT), Université Félix Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire ; zahiripascal@gmail.com
  5. Laboratoire de Recherches Biogéographiques et d’études environnementales, Département de Géographie, Université de Lomé, Togo ; lare_richard@yahoo.fr


Résumé

L’Afrique de l’Ouest est aujourd’hui confrontée à des phénomènes de variabilité climatique caractérisée par des récurrents événements d’inondation qui fragilisent les systèmes humains et environnementaux. La vulnérabilité de ces systèmes à ces aléas naturels est élevée au Togo et dans le bassin versant de l’Oti, où les populations occupent les zones les plus sensibles. Cette étude vise à caractériser les fluctuations hydrologiques et climatiques, génératrices de risque d’inondation dans le bassin versant de l’Oti.
Les données de précipitations journalières de neuf stations sur la période 1961-2017 et des débits journaliers de l’Oti à Mango (1957-1992) et Mandouri (1960-1990) ont permis d’analyser les indicateurs de la variabilité hydro-climatique et de détecter les ruptures à l’aide du logiciel KhronoStat 1.01. Les indices d’anomalies de précipitations et de débits et la classification de McKee (1993) ont été utilisés pour caractériser les seuils d’inondation.
Dans le bassin de l’Oti, le maximum journalier de précipitations varie de 56,08 à 114,57 mm. Par ailleurs, la variabilité interannuelle de débits maximaux annuels montre de forts écoulements (26,44 %) sur la période 1957-1972 et une séquence de déficit (47,60 %) de la période 1973-1992. Les débits seuils de risques d’inondation sont de 771 m3/s pour le risque limité, 1223,12 m3/s pour le risque modéré, 1418,75 m3/s pour le risque significatif et 1700 m3/s pour le risque critique. La prise en compte de ces seuils pour l’identification des aléas hydro-climatiques pourrait aider à la gestion du risque d’inondation dans le bassin de l’Oti et les autres bassins ouest africains.

Comments are Closed

Theme by Anders Norén