2015 - Numéro 004, Volume 1

PARAMÉTRÉS CLIMATIQUES ET INFECTIONS RESPIRATOIRES AIGÜES DANS LA VILLE DE PARAKOU

AZONHE Thierry

Département de géographie et aménagement du territoire Université d’Abomey-Calavi, azonheth@yahoo.fr

RÉSUMÉ

Le climat, les types d’habitation, les conditions d’hygiène et d’assainissement sont autant de facteurs qui conditionnent la prévalence des infections respiratoires aiguës (IRA) dans les communautés. Si la part des déterminants comme les moisissures et autres microorganismes a fait l’objet de nombreuses études cliniques, l’influence des paramètres du climat (température, humidité relative et hauteurs de pluies) constitue un terrain de recherche qui reste encore à approfondir dans différents contextes climatiques. La présente étude vise donc à analyser les liens entre lesdits paramètres et la prévalence des infections respiratoires aigües dans la ville de Parakou. Les données ont été collectées sur un échantillon de 261 ménages (échantillonnage aléatoire et simple). Les données de température, de hauteurs de pluie et d’humidité relative ainsi que les données épidémiologiques des centres de santé (2008-2012) ont été collectées. Le traitement des données a consisté en la détermination de statistiques descriptives, l’appréciation des relations entre les données épidémiologiques et les paramètres du climat (corrélation de Pearson). Les résultats révèlent que le profil épidémiologique de la zone d’étude place les IRA en deuxième position, après le paludisme, tant selon les statistiques officielles (20 639 cas de paludisme et 9 955 cas d’IRA) que dans l’analyse de l’état de santé des ménages au moment de l’enquête (49% de cas de paludisme et 34% de cas d’IRA). Il s’établit également une différenciation nette entre saison pluvieuse et saison sèche : 1 166,8 cas en octobre, contre 574,6 cas en avril en fin de saison sèche. A 51% d’humidité relative en mars, on enregistre 700 cas d’IRA qui évoluent jusqu’à plus de 1 100 cas en octobre où le taux d’humidité relative est d’environ 74%. L’analyse statistique de l’intensité des liens (corrélation de Pearson) entre IRA montre une relation forte avec la pluie (r = 0,5) et l’humidité (r = 0,6), et une relation faible (r = 0,3) avec la température. Vu l’importance des types de temps, il est nécessaire de poursuivre les études sur leurs effets ainsi que ceux de l’état général de l’habitation sur la survenue des IRA dans différents contextes climatiques.

Mots clés : paramètres environnementaux, IRA, prévalence, Parakou, Bénin

Leave a Reply

Theme by Anders Norén